La concession Groningen Drenthe est un exemple pour le reste de l’Europe !

Date posted
Source

La nouvelle concession Groningen Drenthe a démarré il y a un an. À cette occasion, près de 150 nouveaux bus électriques ont été mis en service en une fois, un record à l’époque. Le transporteur Qbuzz a opté, dans les transports publics régionaux, pour soixante véhicules électriques du fabricant de bus néerlandais Ebusco. Au total ils totalisent 5,6 millions de kilomètres au compteur, soit 140 tours du monde.

Les performances des bus ont ainsi dépassé les attentes, même si, au printemps, la flotte est restée à l’arrêt en raison de mesures anti-coronavirus. « Par la suite, les bus électriques ont circulé plus qu’avant le coronavirus », déclare Steven van der Burg, Key Account Manager d’Ebusco. « Cela donne une idée du potentiel réel d’un bus électrique. » Selon lui, la pandémie a été une chance à cet égard et Groningen Drenthe sert dès lors d’exemple pour d’autres pays européens.

Un kilométrage plus important en raison du coronavirus

Le choix de Qbuzz pour un nombre significatif de bus électriques pour les transports publics régionaux est un fait assez unique, ajoute M. Van der Burg. L’intégration intelligente des véhicules sur des parcours à horaires séquencés a permis de réaliser une autonomie moyenne très élevée. Cela a d’autant plus été le cas avec l’optimisation des horaires en raison du coronavirus, qui a entraîné une réduction du nombre de charges intermédiaires.

« On aurait pu s’attendre à des pannes électriques. Mais c’est juste l’inverse qui s’est produit : les bus parcourent beaucoup plus de kilomètres que dans des conditions normales. » Dans ce cas également, le choix de l’électricité a été ‘simplement’ plus attrayant en termes de coûts que les bus diesel. Les bus parcourent aujourd’hui en moyenne entre 350 et 375 kilomètres par jour, avec des pointes allant jusqu’à 500 kilomètres.

Économie de CO2

Ebusco suit de près les performances des véhicules, ce qui lui permet de disposer d’une grande quantité  de données. Ces données permettent de déterminer l’économie de CO2 réalisée l’année dernière par rapport à l’utilisation de bus diesel, par exemple.

(Le texte se poursuit sous l’illustration)

Réticence

Aux Pays-Bas, le succès et le potentiel de ‘zéro émission’ pour les transports publics ne doit plus être démontré. Ce n’est pas encore le cas dans tous les pays européens, ajoute M. Van der Burg. « On constate une certaine réticence. Les entreprises de transports publics ont peur de ne pouvoir parcourir que 60 000 à 70 000 kilomètres par an avec des bus électriques. À Groningen Drenthe, ils ont montré qu’ils peuvent parcourir 110 000 kilomètres par an, voire plus. »

Selon lui, l’optimum de l’Ebusco 2.2 a ainsi été trouvé dans les provinces septentrionales. Les performances kilométriques des bus ayant été exploitées au maximum, Groningen Drenthe sert d’exemple pratique à Ebusco pour d’autres transporteurs européens. « Nous leur montrons de la sorte qu’il est possible de passer au vert à grande échelle. Donc pas avec dix bus ou une seule ligne, mais avec une concession régionale complète de soixante bus. » Le fabricant mise sur la recharge plugin afin d’optimiser l’attrait en termes de coûts. « Nous ne sommes pas opposés à l’opportunity charging, mais l’infrastructure qu’elle nécessite est toujours beaucoup plus chère. »

Transition verte

« Le nombre d’avantages s’accumule à tel point qu’il devient finalement une évidence pour les transporteurs d’opter pour l’électrique », déclare M. Van der Burg en se référant entre autres aux ‘énormes’ étapes techniques qui ont été franchies. En outre, ces bus électriques offrent aussi davantage de confort et de luxe aux passagers : sièges supplémentaires, plus d’espace pour les jambes, ports USB et wifi. « Le seul contre-argument qui existe, c’est le coût. S’il est possible de démontrer dans une opération qu’on est réellement moins cher, un transporteur optera toujours pour la transition verte. »

Et M. Van der Burg termine : « Aux Pays-Bas, les transporteurs prennent déjà des risques et nous sommes en train d’obtenir  de très bons résultats. Il est très facile de déployer ces exemples  en Europe afin de faire en sorte d’accélérer cette transition. »

Source: OV pro
Auteur: Dylan Metselaar

Illustration GD2020 (grand)

Voir l’illustration complète des bus Ebusco dans le GD2020 ci-dessous – 1 an sur la route (grand)