Date de diffusion
Source

Pour Ebusco, les dix dernières années n’ont pas seulement été consacrées au développement des technologies, mais aussi à la dissipation du scepticisme à l’égard de celles-ci. Et pourtant, les possibilités offertes par les bus électriques sont encore mal connues, constate le fondateur Peter Bijvelds. « Il est important d’entrer en contact de manière précoce. Cela nous permet de faire le point sur ce qui est vraiment nécessaire et ce qui est possible. Parfois, une demande n’est pas exprimée parce qu’on pense qu’elle ne peut pas être satisfaite. »

35 472 731 kilogrammes de CO2. C’est ce que représentent les émissions annuelles de 1 775 ménages néerlandais. En d’autres termes, c’est l’économie réalisée par les véhicules Ebusco depuis que le premier bus a pris la route en 2013. « Les bus sont l’un des plus gros pollueurs du centre-ville, ils roulent pendant plus de dix ans et reviennent au même endroit. Il suffit de mettre en place l’infrastructure de recharge une seule fois et le tour est joué. Dans le domaine des transports publics, l’objectif « zéro émission » serait atteint beaucoup plus vite. C’est pourquoi je suis passé en 2010 du secteur des voitures particulières électriques au secteur des bus », explique Peter Bijvelds qui, avec Ebusco, a fondé en 2012 le premier fabricant de bus entièrement électriques en Europe.

À la veille de son dixième anniversaire, Ebusco a connu une année particulière. L’année 2021 a été marquée par le lancement de sa propre usine à Deurne et une introduction en bourse sur le Damrak. « Après dix ans de développement, nous nous tournons vers le public. »

« Vous êtes fou. »

En 2012, Bijvelds a présenté son premier bus électrique au salon allemand IAA. « Vous êtes complètement fou, m’ont-ils dit là-bas. Votre bus a une autonomie deux fois moins importante qu’un bus diesel et coûte deux fois plus cher », commente-t-il dans son bureau. « Le vert, c’est bien, tant que cela n’affecte pas le prix », a-t-il appris à l’époque. Le nombre de véhicules vendus au cours des cinq premières années peut se compter sur les doigts de trois mains. Cette période ne consistait pas seulement à dissiper le scepticisme, mais aussi à innover. « Il s’agissait de faire en sorte que le coût total de possession (TCO) puisse concurrencer les bus diesel classiques.

« L’Ebusco 2.0 en 2015 a marqué un tournant important. Grâce au modèle 2.0, nous avons montré que les bus électriques ne représentent pas seulement un beau projet pour prouver qu’ils sont propres, mais aussi pour expliquer qu’on peut les utiliser de manière tout aussi rentable. Nous le démontrons aujourd’hui au quotidien avec l’Ebusco 2.2 ». Le véritable successeur, l’Ebusco 3.0, est arrivé en 2019. Il est entièrement fabriqué à Deurne et sa coque est constituée de composite de fibre de carbone comme dans l’industrie aéronautique. Résultat : un véhicule beaucoup plus léger, une plus grande autonomie kilométrique et une plus longue durée de vie.

La preuve par les données

Aujourd’hui, il est plus facile de prouver que les transporteurs qui ont encore des doutes sur le potentiel des bus électriques ont tort. Bijvelds allume le système de surveillance Ebusco Live, au moyen duquel tous les bus peuvent être surveillés en temps réel. Il démontre qu’il existe des bus qui parcourent plus de 500 kilomètres en une journée. « Ce sont maintenant des faits. L’année dernière, personne n’aurait cru que nous pouvions le faire. C’est ce qui nous a toujours fait défaut. »

Les Pays-Bas, « l’enfant le mieux élevé de la classe », n’ont plus besoin d’être convaincus lorsqu’il s’agit de zéro émissions. « Ici, le bus fait déjà de plus en plus partie de l’ensemble de l’écosystème. Mais à l’étranger, le fait qu’un bus atteigne les 200 kilomètres d’autonomie provoque encore un enthousiasme intense. Avec ces données, nous pouvons non seulement le dire mais aussi le montrer. »

Établissez un contact en temps opportun

Dans le système de suivi, Bijvelds s’est rendu en Allemagne, où il a constaté qu’un bus n’utilisait que 60 % de sa capacité la plupart du temps. « C’est aussi de cette manière que nous voulons parler aux entreprises de transport. Les gens demandent des possibilités illimitées, comme celles qu’offrent les bus au diesel. Mais vous devez également déterminer ce dont vous avez réellement besoin. Si un client dit que les bus de sa flotte doivent pouvoir parcourir 500 kilomètres par jour, il est probable que deux bus sur cent seulement le font réellement. C’est pourquoi il est important de prendre contact rapidement. »

Dès lors, Ebusco a déjà conclu des partenariats avec plusieurs transporteurs, une démarche qui aide le fabricant à faire passer les bus au niveau supérieur. « Nous voulons parler au marché et réfléchir avec lui avant de faire des offres pour obtenir des concessions. Nous le faisons pour que toutes les possibilités qui existent soient prises en considération. Parfois, on envisage encore d’utiliser la technologie de pointe exploitée y a un ou deux ans, alors que nos innovations sont bien plus avancées. »

« Nous voulons comprendre ce qui est nécessaire, et ce à un stade précoce. Par exemple, nous voulons comprendre que des bus de 13 mètres au lieu de 12 sont nécessaires, parce que la prise en charge de quatre passagers supplémentaires contribuera grandement dans la procédure de l’appel d’offres », poursuit M. Bijvelds. « Nous sommes en mesure de fournir ce genre de personnalisation. Celle-ci nous permet de mieux connaître le marché et d’en tenir compte dans nos réflexions. Les fabricants et les opérateurs raisonnent de manière différente. Notre défi est de comprendre réellement les besoins des opérateurs et de les concrétiser de la meilleure manière possible. C’est pourquoi nous employons de nombreuses personnes ayant acquis une expérience dans le domaine opérationnel. »

Autres pays

Désormais, Ebusco se concentrera explicitement sur d’autres pays, maintenant que le temps de la production en série est venu. « Aux Pays-Bas, un bus sur quatre fonctionne déjà avec une motorisation électrique. Dans le reste de l’Europe et en Amérique, des projets importants sont en cours d’élaboration, mais on constate que la proportion de bus électriques est encore inférieure à 5 %.  » Le fabricant possède actuellement des filiales aux Pays-Bas, en Allemagne, en France, en Chine, en Amérique du Nord et en Australie.

Si cela dépendait de Bijvelds, il y en aurait bientôt d’autres. « La raison pour laquelle nous sommes devenus publics était de nous assurer que nous disposions de la capacité de production locale et du personnel nécessaire pour répondre aux appels d’offres. Nous disposons à présent du concept et nous avons développé la méthode de production à partir d’un produit stable. Nous allons maintenant faire en sorte de l’étendre. »